The_Miracle_of_Iron_001

Le miracle du fer dans le coran

Le fer est l’un des éléments dont fait mention le Coran.  Dans la sourate al-Hadid (le fer), on peut lire ce qui suit :

« Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, mais aussi maintes utilités pour les gens. » (Coran 57:25)

Certains ont pu croire que le mot arabe « anzalna », traduit ici par « descendre » et qui est utilisé pour parler du fer, dans ce verset, avait un sens métaphorique visant à faire entendre que le fer a été envoyé par Dieu pour profiter aux gens.  Mais lorsque nous prenons en considération son sens littéral, qui signifie « être physiquement descendu du ciel » (car dans le Coran, chaque fois que ce mot a été utilisé, il l’a été au sens littéral, comme la pluie ou la révélation qui descend du ciel), nous réalisons que le verset fait référence à un important miracle scientifique.  Car les découvertes astronomiques modernes nous apprennent que le fer que l’on trouve sur terre provient d’étoiles géantes de l’espace intersidéral.[1]

En fait, il ne s’agit pas uniquement du fer que l’on trouve sur la terre, mais du fer que l’on trouve dans tout le système solaire, car la température du soleil ne permet pas la formation du fer.  Le soleil a une température de surface de 6000 degrés Celsius et une température d’environ 20 millions de degrés Celsius en son noyau.  Le fer ne peut être produit que dans des étoiles de taille très supérieure à celle du soleil, dans lesquelles la température atteint quelques centaines de millions de degrés Celsius.  Lorsque la quantité de fer dépasse un certain niveau, dans une étoile, celle-ci n’arrive plus à le contenir; elle finit alors par exploser et devenir ce qu’on appelle une « nova » ou une « supernova ».  Ce sont ces explosions qui libèrent le fer dans l’espace.[2]

Une publication scientifique, American Scientist, fournit les informations suivantes à ce sujet :

« Il existe également des preuves concernant d’anciennes supernovae.  Des niveaux élevés de fer-60 dans des sédiments pélagiques indiquent qu’une explosion de supernova s’est produite à 90 années-lumière du soleil il y a de cela environ 5 millions d’années.  Le fer-60 est un isotope radioactif du fer formé lors d’explosions de supernovae; il finit par se désintégrer et sa demi-vie est d’une durée de 1,5 millions d’années.  La  présence importante de cet isotope dans une strate indique une récente nucléosynthèse d’éléments non loin dans l’espace et leur descente subséquente vers la terre (peut-être mêlés à des grains de poussière). »[3]

Tout cela démontre que le fer ne s’est pas formé sur la terre, mais qu’il provient de supernovae; il a donc été « descendu » sur terre, tel que le mentionne le verset.  Il est clair que cette réalité ne pouvait être connue au 7e siècle, lors de la révélation du Coran.  Néanmoins, elle est mentionnée dans le Coran, la Parole de Dieu, qui embrasse tout dans Son savoir infini.

Le fait que le verset parle du fer en particulier est étonnant si l’on considère que ces découvertes ont été faites à la fin du 20e siècle.  Dans son ouvrage intitulé Nature’s destiny, le réputé microbiologiste Michael Denton souligne l’importance du fer :

« De tous les métaux, aucun n’est plus essentiel à la vie que le fer.  C’est l’accumulation de fer au centre d’une étoile qui déclenche l’explosion d’une supernova et la dispersion subséquente des atomes essentiels à la vie à travers le cosmos.  C’est l’attraction exercée par la gravité des atomes de fer vers le centre de la terre, au cours de ses premiers stades de développement, qui a généré la chaleur qui a occasionné la différentiation chimique initiale de la terre, la libération des gaz de l’atmosphère primitive et, finalement, la formation de l’hydrosphère.  C’est le fer en fusion au centre de la terre qui, tel un gigantesque dynamo, génère le champ magnétique terrestre qui, à son tour, donne naissance aux ceintures de radiation Van Allen qui protègent la surface de la terre des radiations cosmiques pénétrantes de haute énergie et qui préservent l’essentielle couche d’ozone de la destruction par les rayons cosmiques…

« Sans l’atome de fer, il n’y aurait pas de vie basée sur la chimie du carbone dans le cosmos; pas de supernovae, pas de réchauffement de la terre primitive ni d’atmosphère ni d’hydrosphère.  Il n’y aurait pas de champ magnétique protecteur, pas de ceintures de radiation Van Allen, pas de couche d’ozone, aucun métal pour fabriquer l’hémoglobine (dans le sang humain) ni pour contrôler la réactivité de l’oxygène, et pas de métabolisme oxydant.

« L’intrigante et étroite relation entre la vie et le fer, entre la couleur rouge du sang et l’agonie d’une étoile reculée indique non seulement l’importance des métaux dans la biologie, mais aussi le biocentrisme du cosmos… »[4]

Cette explication indique clairement l’importance de l’atome de fer.  Le fait qu’une attention particulière soit portée au fer, dans le Coran, souligne également l’importance de cet élément.

Par ailleurs, des particules d’oxyde de fer ont été utilisées, récemment, dans le traitement du cancer, avec des résultats positifs.  Une équipe menée par le docteur Andreas Jordan, du Charité Hospital, en Allemagne, a réussi à détruire des cellules cancéreuses avec cette nouvelle technique développée dans la lutte au cancer, c’est-à-dire l’hyperthermie liquide magnétique.  Cette technique a d’abord été testée sur un homme de 26 ans, Nikolaus H., chez qui aucune nouvelle cellule cancéreuse n’est apparue au cours des trois mois suivant le traitement.

Cette méthode de traitement peut être résumée ainsi :

1.    Un liquide contenant des particules d’oxyde de fer est injecté dans la tumeur à l’aide d’une seringue.  Ces particules se répandent dans les cellules cancéreuses.  Le liquide en question est composé de milliers de millions de particules qui sont mille fois plus petites que les globules sanguins et qui peuvent aisément voyager à travers les vaisseaux sanguins.[5]

2.    Le patient est ensuite installé dans un appareil à puissant champ magnétique.

3.    Ce champ magnétique active les particules de fer dans la tumeur.  À ce moment, la température à l’intérieur de la tumeur augmente à 45 degrés Celsius.

4.    En l’espace de quelques minutes, les cellules cancéreuses, incapables de se protéger contre cette chaleur soudaine, sont soit affaiblies, soit détruites.  Le traitement est alors suivi d’une chimiothérapie afin de détruire totalement la tumeur.[6]

Dans ce traitement, ce sont seulement les cellules cancéreuses qui sont affectées par le champ magnétique, car elles sont les seules à contenir les particules d’oxyde de fer.  Cette technique constitue un développement majeur dans le traitement de cette maladie trop souvent mortelle.  Le fer est également connu comme traitement contre l’anémie.

Connaissant maintenant l’utilité du fer dans le traitement de ces maladies extrêmement répandues, on peut voir sous un autre jour les paroles du verset 25 de la sourate 57 du Coran : « Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, mais aussi maintes utilités pour les gens ».  Et Dieu sait mieux.

Source:

[1] Dr Mazhar U. Kazi, 130 Evident Miracles in the Qur’an (New York, USA: Crescent Publishing House: 1998), 110-111; et www.wamy.co.uk/announcements3.html, du prof. Zighloul Raghib El-Naggar’s speech.

[2] Ibid.

[3] Priscilla Frisch, “The Galactic Environment of the Sun,” American Scientist, January-February 2000, www.americanscientist.org/template/AssetDetail/assetid/21173?fulltext=true.

[4] Michael J. Denton, Nature’s Destiny (The Free Press: 1998), 198.

[5] www.inm-gmbh.de/cgi-bin/frame/frameloader.pl?sprache=en&url=http://www.inm-gmbh.de/htdocs/technologien/highlights/highlights_en.htm.

[6] « Nanotechnology successfully helps cancer therapies, » IIC Fast Track, Nanotech News from Eastern Germany, Industrial Investment Council, October 2003; www.iic.de/uploads/media/NANO_FT_Nov2003_01.pdf

mars-solar-wind

Perte de terres aux extrémités

Ne voient-ils pas que Nous frappons la terre et que Nous la réduisons [graduellement] de tous côtés ?… (Coran, 13 : 41)

… Ne voient-ils pas que Nous venons à la terre que Nous réduisons de tous côtés ?… (Coran, 21 : 44)

La recherche a révélé que la Terre ne cesse de voir son périmètre enfler au niveau de l’équateur.
La Terre est bombardée par des protons, des électrons et des particules alpha provenant du Soleil. Ces vents solaires sont suffisamment puissants pour séparer l’atmosphère de la Terre. Cependant, il faudrait cinq fois plus de temps que la durée de vie du Soleil, à la vitesse actuelle de disparition des terres, pour venir à bout de l’atmosphère.32 En effet, grâce au puissant champ magnétique formé par la magnétosphère dans l’atmosphère, la Terre, dans une certaine mesure, est protégée de cette importante érosion. La perte d’ions-oxygène, d’hélium et d’hydrogène, dispersés à travers l’ionosphère dans les profondeurs de l’espace, est de dimension beaucoup plus petite que la vaste couche d’air environnant la Terre. Cependant, même ainsi, la quantité qui s’échappe dans l’espace est de taille significative.33

Grâce à la navette spatiale de la NASA, les chercheurs ont obtenu une preuve concrète que les explosions d’énergie dans le Soleil font que l’oxygène et les autres gaz se dispersent dans l’espace depuis la couche externe de l’atmosphère terrestre. Les scientifiques ont noté pour la première fois les 24 et 25 septembre 1998 que la Terre subit une perte de matière à partir de ses couches externes.34

Cependant, le verset ci-dessus fait peut-être également référence à la perte de terres sur un autre plan.

Aujourd’hui, les glaciers situés dans les pôles sont en train de fondre et le niveau des océans est en train de s’élever. La quantité croissante du niveau de l’eau couvre de ce fait encore plus de terres. Comme les zones côtières sont de plus en plus couvertes par la mer (constamment immergées), la superficie totale de terres non immergées se réduit.35L’expression dans le verset « et que Nous la réduisons [graduellement] de tous côtés » fait probablement référence au fait que les zones côtières seraient couvertes par les eaux.

Un article du New York Times sur ce sujet dit :

Durant le siècle dernier, la température moyenne de la surface du globe a augmenté d’1 degré Fahrenheit, et le taux de réchauffement s’est accéléré pendant le dernier quart de siècle. C’est une valeur significative… De précédentes études effectuées à l’aide d’observations faites par satellite et avec l’appui de sous-marins semblent établir une tendance au réchauffement dans la région nord polaire et augmente la possibilité d’une fonte de la calotte glaciaire. Des scientifiques de l’Institut Goddard Space Science, un centre de recherche de la NASA situé à Manhattan, ont comparé les données d’un sous-marin enregistrées dans les années 50 et 60 avec les observations effectuées dans les années 90 et ont démontré que la couverture glaciaire dans tout le bassin arctique avait diminué de 45%. Les images satellites ont révélé que l’étendue de la couverture glaciaire avait rétréci d’une manière spectaculaire durant ces dernières années.36

Les découvertes faites vers la fin du 20ème siècle nous aident à comprendre la sagesse de la sourate ar-Ra’d, verset 41 et celle de la sourate al-Anbiya’, verset 44.

Cette perte aux extrémités, comme nous l’a révélé Dieu dans le Coran, peut être comprise à la lumière d’un autre fait scientifique. Le fait que la Terre, qui effectue sa rotation autour de son propre axe, a une forme géoïde, est un fait scientifique qui n’a été accepté que durant les siècles passés.

La recherche a révélé que le diamètre équatorial de la Terre s’étend sous l’effet de la force qui découle de sa rotation, et qu’il se comprime à ses extrémités, c’est-à-dire aux pôles. De plus, étant donné que la Terre est constamment en rotation, ce changement continue à avoir lieu. En effet, le terme nanqousou dans la sourate ar-Ra’d, verset 41, traduit par « réduire », montre que ce processus d’érosion est toujours en cours.

MOP-14Mars

La magnétosphère est une région dans l’espace occupée par le champ magnétique terrestre. Elle s’étend sur 64.000 km vers le Soleil, bien que de puissantes tempêtes solaires puissent compresser la magnétosphère jusqu’à ce qu’elle ne soit que de 42.000 km, laissant les satellites exposés aux vents solaires.

C’est la force de gravité qui a donné aux corps célestes tels que la Terre leur forme sphérique. Cependant, la forme n’est pas tout à fait sphérique, elle s’aplatit quelque peu aux pôles et grossit à l’équateur. Selon les chiffres de la NASA, le rayon de la Terre est de 6.378,1 km à l’équateur mais de seulement 6.356,8 km d’un pôle à l’autre.37 La différence est de 0,3%.

Ce modèle de la for de la Terre a été suggéré par Isaac Newton en 1687. Ce fait, révélé par le Coran, a été révélé il y a 1.400 ans, c’est encore un autre de ses miracles scientifiques.

32. « Press Release », Swedish Institute of Space Physics (IRF), du 9 mars 2001, www.irf.se/press/press_010309eng.html
33. « Solar Wind Blows Some of Earth’s Atmosphere into Space », NASA, http://science.nasa.gov/newhome/headlines/ast08dec98_1.htm
34. Ibid.
35. Kazi, 130 Evident Miracles in the Qur’an, p. 115.
36. John Noble Wilford, « Ages-Old Icecap at North Pole Is Now Liquid, Scientists Find », New York Times, du 19 août 2000, www.planetwaves.net/polar_NYT.html
37. « Earth Fact Sheet », http://nssdc.gsfc.nasa.gov/planetary/factsheet/earthfact.html

fig1_Coccyx

Un récit sur l’origine de l’Homme et la résurrection

Les Hadiths de notre prophète Mohammed, paix et bénédiction d’Allah sur lui, et le Coran contiennent de nombreux événements et faits scientifiques sur le corps humain, la nature, etc… qui ne pouvaient normalement être trouvés et prouvés sans la technologie actuelle.

Le Sublime a dit :

Coran 41,53 « Nous leur montrerons nos signes dans l’univers et en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’il leur devienne évident que c’est cela (le Coran) la Vérité.  Ne suffit-il pas que ton Seigneur soit témoin de toute-chose ? »

et dans le verset 6/21 :

« Qui donc est plus injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah, ou qui traite de mensonge ses versets ? Les injustes ne réussiront pas. »

Chers lecteurs, dans le texte suivant vous trouverez des arguments, une preuve de nouveau, que Mohammed est l’envoyé d’Allah et que nous, les être humain, ne devons pas ignorer ses signes et devons suivre Son chemin.

– I – Le Coccyx

fig1_Coccyx
Fig. 1

Le coccyx est le dernier os (l’os résiduel) dans la colonne vertébrale et la partie de l’être humain qui ne sera jamais perdue. Cette partie ne s’abîme jamais et ne se perd pas dans la terre.

Il est mentionné dans des nobles Hadiths du prophète, paix et bénédiction d’Allah sur lui, comme étant l’origine de l’Homme et la graine par laquelle il sera recréé par Allah le jour de la Résurrection.

Les nobles Hadiths racontent:

1) D’après Abu Hourayra, le prophète, paix et bénédiction d’Allah sur lui, a dit :

« Tout périra du Fils d’Adam, sauf le coccyx,  duquel il fut créé et duquel il sera recomposé. » Récité par Al Boukhari, Abou Dawoud, Al-Nisaaii, Ibn Majeh et Ahmed dans Il-Mosnad et Malek dans Il-Mouwataa

2) D’après Abu Hourayra, le prophète, paix et bénédiction d’Allah sur lui, a dit :

« L’Homme possède un os qui ne périra jamais par la terre et par lui il sera ressuscité au jour de résurrection. » Ils ont dit : « Quel os ? » Il répondit alors :« Le coccyx » Récité par Al-Boukhari, Abou Dawoud, Al-Nisaaii, Ibn Majeh et Ahmed dans Il-Mosnad et par Malek dans Il-Mouwataa.

Les Hadiths précédents sont clairs et contiennent les vérités suivantes :

– L’Homme est créé par le coccyx
– Le coccyx ne périra jamais
– Par cet os, la recréation se produira au jour du jugement

et maintenant les connaissances scientifiques qui affirment ces assertions :

– II – Le fait scientifique

1/ Les étapes de formation du fœtus

La formation de l’embryon commence quand le contact de l’ovule avec le spermatozoïde se produira. L’ovule fertile commence à se diviser. Le cellule se divise en deux, puis en quatre, etc. D’où, la continuation de la division et de la multiplication des cellules dans le fœtus jusqu’à sa transformation en un disque embryonnaire formé de deux couches.

a) La masse extérieure ou Epiblast :
Elle contient le cytotrophoblast qui ancre l’embryon dans l’utérus pour que l’embryon puisse prendre des substances nutritives du sang de l’utérus.

b) La masse intérieure ou Hypoblast :
D’où est formé l’embryon sous la supervision d’Allah, le Tout-Puissant. Pendant le quinzième jour une corde apparaît dans la partie postérieure de l’embryon qui est appelée « le cordon primitif ». Cette cordon a une extrémité plus ou moins aiguë qui est appelée « le nœud primitif ».

Et lors de l’apparition de cette corde, on connaît que cette zone constitue la partie postérieure du disque embryonnaire. Du cordon primitif et du nœud primitif se forment toutes les organes et les tissus d’embryon qui sont :

– La couche ectoderm : Elle forme la peau et le système nerveux.
– La couche mesoderm : Elle forme les muscles lisses qui couvrent le système digestif, le cœur, le système circulatoire, les os, le système sexuel et urinaire, les tissus sous la peau, le système lymphatique, la rate.
– La couche endoderm : D’ou se forme le tissu interne des systèmes digestif et respiratoire et les suppléments du premier système, la vessie urinaire, la glande draconienne et le canal d’ouie.

Après tout ça, il arrive une régression du cordon primaire et du nœud primaire vers l’arrière  qui se stabilise au niveau du dernier vertèbre pour former le coccyx.

Conclusion : Le coccyx contient alors le cordon primaire et le nœud primaire et ceux-ci sont capable de grandir et de former 3 couches desquelles l’embryon est formé : Les couches ectoderm, mesoderm et endoderm.

Comme preuve pour l’importance du cordon primaire pour le développement de l’embryon, le comité britannique WARNEK (responsable pour la fécondation humaine et la génétique) a interdit aux médecins et chercheurs de continuer des expériences sur les embryons obtenus artificiellement dans l’éprouvette qui ont déjà formé le cordon primaire.

2/ Les mutations d’embryon comme preuve que le coccyx contient les cellules mères d’un être humain

Après l’évolution et la formation de l’embryon à partir du cordon primaire et le nœud primaire, qui régressent et se stabilisent au niveau du dernier os de la colonne vertébrale, le cordon et le nœud conservent leurs caractéristiques. Si ceux-ci seront mutants, une tumeur (teratoma) sera formée au même temps que  l’embryon, qui formera un embryon défaut avec quelques organes complets. Alors un chirurgien peut trouver tous ces organes complètement formés s’il ouvre la tumeur … par exemple les dents, les cheveux ou les mains et pieds avec les ongles (il existe des photos que nous ne voulons pas publier ici).  De ce fait on sait que le coccyx contient vraiment les cellules mère.

3/ Les expériences de Hans Spemann

Les scientifiques ont découvert que la formation des cellules et l’organisation de l’embryon commencent par le cordon primaire et le nœud primaire. Avant l’évolution de ces parts il n’y a aucune différenciation des cellules. Hans Spemann, un savant allemand, était un des fameux scientifiques qui ont prouvé cela.

Avec ses expériences sur le cordon et le nœud primaire il a trouvé que ces derniers sont ceux qui organisent la formation de l’embryon et il les a nommés « l’organisateur primaire » (Primary Organizer).

Le scientifique allemand a commencé ses expériences sur les amphibiens en prenant cet organisateur primaire et l’a greffé dans un deuxième embryon du même age sous la couche épiblast (dans la phase d’embryon de la troisième ou quatrième semaine).

Cela résulte dans une formation d’un deuxième embryon de la partie greffée dans « l’environnement nouveau ». Cette partie implantée influence les cellules ambiantes du « nouveau environnement ». Alors se forme un deuxième fœtus dans le corps du premier.

lenhof

Fig. 3 : Schéma de l’évolution d’un deuxième embryon par l’implantation de l’organisateur primaire.

Source : Keith L.Moor. The Developing Human

4/ Les cellules du coccyx ne peuvent pas pourrir ni être mutilés.

En 1931, Spemann moulait cet organisateur primaire et l’implantait de nouveau. Cela n’a pas eu une influence sur l’expérience, un deuxième embryon se formait quand même.

En 1933 Spemann et des autres chercheurs répétaient la même expérience, mais cette fois il ont fait bouillir l’organisateur primaire avant l’implantation.

Mais malgré cela, le deuxième embryon se formait. Ils ont montrés que ces cellules ne sont  pas influencées.

En 1935 Spemann a obtenu le prix Nobel pour la découverte de cet organisateur primaire.

Le docteur Othman Jilani a effectué, avec la contribution de Cheikh Abdel Majid Ezzedani au mois de ramadhan de l’année 1424 Hégire (2003), dans la maison de ce dernier à Sanaa (Jemen), une expérience sur le coccyx. Ils ont pris une des deux vertèbres des 5 os du coccyx et les ont brûlés en utilisant un pistolet à gaz sur des pierres pendant dix minutes jusqu’à ils sont devenus rouges puis noirs.

Ainsi, ils les ont mis dans des boîtes stérilisées et ils les ont donné à un laboratoire à Sanaa (Laboratoire El Awlaki). Le docteur Saleh al Olaki, professeur de histologie et pathologie à l’université de Sanaa, a fait un diagnostic des pièces et a trouvé que les cellules des tissus de l’os du coccyx sont inchangeables et encore vivantes. La brûlure a touché seulement les muscles, les tissus lipoïdes et la moelle épinière. Les cellules du coccyx sont restées intactes.

medicine
Le prix Nobel de la physiologie ou la médecine 1935 a été décerné au Dr Spemann pour sa découverte de l’effet de l’organisateur primaire pour le développement de l’embryon.

220px-Hans_Spemann_nobel
Hans Spemann
Allemagne

Université de Freiburg im Breisgau
Breisgau, Allemagne
n. 1869
m. 1941

Fig. 4 : Le prix Nobel en reconnaissance des recherches de Spemann  (Source)

– III – Le miracle

1. Les Hadiths du prophète, paix et bénédiction d’Allah sur lui, qui parle du coccyx, racontent un des miracles scientifiques du prophète Mohammed, parce que l’embryologie remarque que tous les parties du corps et les organes de l’homme viennent du coccyx, qui est connu comme « organisateur primaire ».

Cet „organisateur primaire“ force les cellules à se multiplier et les tissus à se différencier pour former la forme primaire du système nerveux.

De cette partie, de laquelle l’homme se forme comme embryon, il sera aussi recréé dans l’au-delà.

2. « L’organisateur primaire » moulu et bouilli qui a été implanté de nouveau, n’a pas eu d’influence sur l’expérience correspondante. Chaque fois un deuxième forme d’embryon s´est formée malgré tout. Même après la brûlure les cellules des tissus de l’os du coccyx ne sont pas influencée et encore vivantes. Cela est une nouvelle preuve pour la vérité des Hadiths du prophète, paix et bénédiction d’Allah sur lui, qui disent que le coccyx de l’homme ne périra jamais complètement.

Et Allah le sais mieux (Wa Allahu ‘alem)
Adel ben Mohamed Zaghdoud
Way-to-Allah.com

________________________________________________________

Les Sources:

1 – Le Coran

2- Die Internationale Kommission des wissenschaftlichen Wundercharakters im Koran und in der Sunna (1426-2005)
http://www.nooran.org

3- Enzyklopädie der Wunder in Koran und Sunnah
http://www.55a.net

4- http://www.islamicmedicine.org/embryoengtext.htm

5- http://nobelprize.org/medicine/laureates/1935/index.html

6- [PDF] Ethel Browne, Hans Spemann, and the Discovery of the Organizer …

7- Keith L.Moor. The Developing Human,
page 54 Human Embryology, 4th edition, page 69

8- SHO practice of surgery page 102-1 Sabiston-text book of surgery
16th edition page-2

9- Human embryology 4th edition page 196- 3

ob_b2a6fd_bible-1500

7 commentaires de savants sur les miracles scientifiques du Coran

Miracles du Coran : La tradition s’accorde pour dire que le plus grand miracle donné au Prophète  Mohammed (paix et bénédictions sur lui) est le Saint Coran inimitable, qui guide, guérit, apaise les coeurs et nourrit les âmes, et ce éternellement. Contrairement aux autres miracles, qui n’eurent qu’un temps, tels l’ouverture de la mer pour Moïse, la conception miraculeuse pour Jésus, paix sur eux, le miracle du Prophète Mohammed (paix et bénédictions sur lui) dure jusqu’à la fin des temps.

Le texte qui suit comprend les commentaires de sept savants sur les miracles scientifiques du Coran :
1)  Le docteur T. V. N. Persaud
Le docteur T. V. N. Persaud est professeur d’anatomie, de pédiatrie, et d’obstétrique-gynécologie et des sciences de la reproduction à l’université du Manitoba à Winnipeg, Manitoba, Canada. Il y a été le président du Département d’anatomie pendant 16 ans. Il est très reconnu dans son domaine. Il est l’auteur ou l’éditeur de 22 manuels et il a publié plus de 181 articles scientifiques. En 1991, il a reçu le prix le plus distingué attribué dans le domaine de l’anatomie au Canada, le J.C.B., Grand Prix de l’Association canadienne des anatomistes. Lorsqu’on l’interrogea sur les miracles scientifiques du Coran, qu’il a étudiés, il déclara ce qui suit:

“D’après ce qu’on m’a dit, Mohammad était un homme très ordinaire. Il ne savait pas lire et ne savait pas écrire; c’était un illettré. Et nous parlons d’un homme qui a vécu il y a plus de douze [en fait plutôt quatorze] siècles. Alors vous avez quelqu’un d’illettré qui fait, à propos des sciences naturelles, de profondes déclarations qui sont étonnamment exactes. Et personnellement, je ne vois pas comment cela pourrait relever du simple hasard. Il y a trop d’exactitudes et, comme le docteur Moore, je n’ai pas de difficulté à accepter l’idée que c’est une inspiration divine, ou une révélation, qui l’a amené à faire ces déclarations.”

Le professeur Persaud a inclus quelques versets coraniques et hadiths du prophète Mohammad (paix et bénédictions sur lui)  dans certains de ses ouvrages. Il a également présenté ces versets et hadiths du prophète Mohammad (paix et bénédictions sur lui) dans diverses conférences.

2)  Le docteur Joe Leigh Simpson
Le docteur Joe Leigh Simpson est président du Département d’obstétrique-gynécologie, professeur d’obstétrique-gynécologie, et professeur de génétique humaine et moléculaire au Baylor College of Medicine, à Houston, Texas, États-Unis. Auparavant, il était professeur d’obstétrique-gynécologie et président du Département d’obstétrique-gynécologie à l’Université du Tennessee à Memphis, Tennessee, États-Unis. Il a aussi été président de la Société américaine de Fertilité. Il a reçu plusieurs prix, dont, en 1992, le prix de la reconnaissance du public décerné par l’Association des professeurs d’obstétrique-gynécologie. Le professeur Simpson a étudié les deux hadiths suivants du prophète Mohammad:

“Dans chacun d’entre vous, tous les éléments de votre création sont rassemblés dans l’utérus de votre mère en l’espace de quarante jours…” [1]

“Si l’embryon dépasse le stade de quarante-deux jours, Dieu lui envoie un ange qui le façonne et crée son ouïe, sa vue, sa peau, sa chair et ses os…” [2]

Il a beaucoup étudié ces deux paroles du prophète Mohammad (paix et bénédictions sur lui); il a remarqué qu’en effet, les quarante premiers jours constituent un stade que l’on peut clairement distinguer des autres stades dans la genèse de l’embryon. Il a été particulièrement impressionné par la parfaite exactitude de ces paroles du prophète Mohammad. Et, au cours d’une conférence, il a émis l’opinion suivante:

“Donc les deux hadiths (paroles du prophète Mohammad) que nous avons retenus nous fournissent un calendrier très précis du développement embryologique général durant les quarante premiers jours. Comme les autres conférenciers en ont fait la remarque à plusieurs reprises, ce matin, ces hadiths n’ont pu être révélés sur la base des connaissances scientifiques qui étaient disponibles à l’époque où ils ont été écrits… Il s’ensuit, je crois, que non seulement il n’y a aucun conflit entre la génétique et la religion, mais qu’en fait, la religion peut guider la science en apportant des révélations aux approches scientifiques traditionnelles. Et il y a, dans le Coran, des déclarations dont le caractère véridique a été démontré des siècles plus tard, ce qui prouve que les connaissances scientifiques que l’on retrouve dans le Coran proviennent de Dieu.”

3)  Le docteur E. Marshall Johnson

Le docteur E. Marshall Johnson est professeur émérite d’anatomie et de biologie liée au développement à l’université Thomas Jefferson à Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis. Il y a été, pendant 22 ans, professeur d’anatomie, président du Département d’anatomie, et directeur de l’Institut Daniel Baugh. Il a également été président de la Société de Tératologie. Il est l’auteur de plus de 200 publications. En 1981, au cours de la Septième Conférence Médicale à Dammam, en Arabie Saoudite, le professeur Johnson déclara, lors de son exposé sur son travail de recherche:

“Résumé: le Coran décrit non seulement le développement externe, mais met aussi l’accent sur les stades internes, les stades à l’intérieur de l’embryon, c’est-à-dire les stades de sa création et de son développement, et il met l’accent sur des faits importants reconnus par la science contemporaine.”

Il a dit également:

“ En tant que scientifique, je ne m’occupe que de choses que je peux clairement voir. Je suis capable de comprendre l’embryologie et la biologie liée au développement. Je suis capable de comprendre les mots du Coran qui me sont traduits. Comme l’exemple que j’ai donné tout à l’heure, si je vivais à cette époque-là, tout en sachant ce que je sais aujourd’hui, et que je voulais décrire les choses, je serais incapable de les décrire de la façon dont elles ont été décrites. Je ne vois pas comment on pourrait réfuter l’idée voulant que cet individu, Mohammad, a dû prendre ses informations quelque part. Donc je ne vois rien, ici, qui vienne contredire le concept selon lequel ses paroles ont été prononcées sous l’influence d’une intervention divine.” [3]

4)  Le docteur William W. Hay
Le docteur William W. Hay est un scientifique maritime très connu. Il est professeur de sciences géologiques à l’Université du Colorado à Boulder, Colorado, États-Unis. Auparavant, il était le doyen de la Rosenstiel School of Marine and Atmospheric Science à l’Université de Miami à Miami, Floride, États-Unis. Après une discussion avec le professeur Hay au sujet des passages du Coran traitant de faits récemment découverts sur les mers et océans, il dit:

“Je trouve très intéressant que ce genre d’information se retrouve dans les écritures anciennes du Coran, et je n’ai aucun moyen de savoir d’où elles peuvent venir, mais je crois qu’il est extrêmement intéressant qu’elles soient là, et que ces travaux se poursuivent pour découvrir la signification de certains passages.” Et quand on l’interrogea sur la provenance du Coran, il répondit: “Et bien, je crois qu’il vient de l’Être divin.”

5)  Le docteur Gerald C. Goeringer

Le docteur Gerald C. Goeringer est directeur de programme et maître de conférences d’embryologie médicale au Département de biologie cellulaire de l’École de médecine de l’Université Georgetown à Washington DC, États-Unis. Au cours de la Huitième Conférence Médicale saoudienne à Riyadh, en Arabie Saoudite, le professeur Goeringer a déclaré ce qui suit lors de son exposé sur son travail de recherche:

“Un nombre relativement peu élevé de ayahs (versets coraniques) comprennent une description assez détaillée du développement humain, à partir du moment de l’union des gamètes à l’organogenèse. Aucun autre document aussi clair et complet sur le développement humain, incluant la classification, la terminologie et la description, n’avait existé auparavant. Dans la plupart, sinon dans tous les exemples, cette description précède de plusieurs siècles les rapports écrits sur les divers stades du développement embryonnaire et foetal enregistrés dans la littérature scientifique traditionnelle.”

6)  Le docteur Yoshihide Kozai
Le docteur Yoshihide Kozai est professeur émérite à l’Université de Tokyo à Hongo, Tokyo, Japon, et il a déjà été directeur de l’Observatoire astronomique national à Mitaka, Tokyo, Japon. Il a déclaré:

“Je suis très impressionné de trouver des informations astronomiques véridiques dans le Coran. Nous, astronomes modernes, avons concentré nos efforts pour arriver à comprendre de très petites parties de l’univers.  Parce qu’en utilisant des télescopes, nous ne pouvons voir que de petites parties du ciel sans avoir une vision générale de l’univers tout entier. Donc, en lisant le Coran et en répondant aux questions, je crois que je peux trouver une nouvelle façon de faire des recherches sur l’univers.”

7)  Le professeur Tejatat Tejasen

Le professeur Tejatat Tejasen est le président du Département d’anatomie à l’Université Chiang Mai en Thaïlande. Auparavant, il était doyen de la Faculté de médecine de la même université. Au cours de la Huitième Conférence Médicale saoudienne à Riyadh, en Arabie Saoudite, le professeur Tejasen se leva et déclara:

“Durant les trois dernières années, je me suis intéressé au Coran… D’après mes études et ce que j’ai appris au cours de cette conférence, je crois que tout ce qui a été rapporté dans le Coran il y a quatorze siècles est la vérité, qui peut être prouvée par des moyens scientifiques. Comme le prophète Mohammad ne pouvait ni lire ni écrire, Mohammad est nécessairement un messager qui a transmis cette vérité, qui lui a été révélée à titre d’édification par celui qui est le Créateur. Ce Créateur est Dieu. Par conséquent, je crois qu’il est temps, pour moi, de déclarer La ilaha illa Allah, il n’y a pas d’autre dieu qui mérite d’être adoré en dehors de Dieu, Mohammadour rasoulou Allah, Mohammad est le messager (prophète) d’Allah (Dieu). Finalement, j’aimerais présenter mes félicitations pour la très réussie et excellente organisation de cette conférence… Cette conférence m’a beaucoup apporté du point de vue scientifique et religieux, et j’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs scientifiques très connus et de me faire plusieurs nouveaux amis parmi les participants. Et la chose la plus précieuse que j’ai gagnée en venant à cette conférence est La ilaha illa Allah, Mohammadour rasoulou Allah, et d’être devenu musulman.”

Après tous ces exemples de miracles scientifiques du Coran que nous venons de voir, et tous ces commentaires de savants à ce sujet, posons-nous les questions suivantes:

N’est-ce qu’un hasard si toutes ces informations scientifiques récemment découvertes ont été mentionnées dans le Coran, qui a été révélé il y a plus de quatorze siècles?

Ce Coran a-t-il pu être écrit par Mohammad (paix et bénédictions sur lui) ou par n’importe quel autre être humain?

La seule réponse possible est que ce Coran est nécessairement la parole de Dieu, révélée par Lui.

 

Note: la profession de tous les scientifiques mentionnés sur ce site a été mise à jour pour la dernière fois en 1997.

[1] Rapporté dans Sahih Mouslim, #2643, et Sahih Al-Boukhari, 3208.

Notez que ce qui est écrit entre ces accolades “…” sur notre site est la traduction des paroles du prophète Mohammed. Notez également que ce symbole # utilisé dans les notes en bas de page indique le numéro du hadith auquel on fait référence. Un hadith est un rapport fidèle transmis par les compagnons du prophète Mohammed sur ce que ce dernier a dit, fait, ou approuvé.

[2] Rapporté dans Sahih Mouslim, 2645.

[3] Le prophète Mohammed était illettré. Il ne savait ni lire ni écrire, mais il a dicté le Coran à ses compagnons et a ordonné à certains d’entre eux de le mettre par écrit.

UpdatedPlanets2006_french

L’astronomie dans le Coran – À la lumière de la Sunna du prophète Mohammed (SAW)

Le Big-Bang

Dieu (le Très-Haut) a dit : {Ceux qui ont mécru, n’ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l’eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas?} (21/30)

Cet événement, connu sous le nom de « Big Bang », a produit l’Univers tout entier il y a environ 15 milliards d’années, le créant à partir du néant à la suite de l’explosion d’un point unique. Les cercles scientifiques modernes s’accordent à dire que le Big Bang est la seule explication rationnelle prouvant le commencement et l’apparition de l’Univers. Read more